Départementales 2021 : découvrez les candidats du territoire du Grand Roissy

Les dimanches 20 et 27 juin 2021, les Français sont invités à élire leurs nouveaux représentants départementaux. Ce sont les ultimes ( avec les régionales) élections avant les Présidentielles qui auront lieu au printemps 2022 et qui devraient, certainement, montrer une tendance. Nous vous rappelons qu’en cas d’absence les jours d’élection, vous pouvez effectuer un vote par procuration, en remplissant le formulaire dédié à cet effet sur https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1604. Retrouvez ci-dessous, la liste des candidats des Départementales 2021 qui se présentent dans les cantons du Grand Roissy.

Canton de Fosses (comprenant les communes d’Attainville, Bellefontaine, Belloy-en-France, Châtenay-en-France, Chaumontel, Écouen, Épinay-Champlâtreux, Ézanville, Fontenay-en-Parisis, Fosses, Jagny-sous-Bois, Lassy, Le Mesnil-Aubry, Le Plessis-Gassot, Le Plessis-Luzarches, Luzarches, Maffliers, Mareil-en-France, Puiseux-en-France, Saint-Martine-du-Tertre, Seugy, Viarmes, Villaines-sous-Bois et Villiers-le-Sec) : Isabelle Dumenil et Abderhamane (EELV), Catherine Delprat et Pierre Barros (PS/PCF), Agnès Rafaitin Marin (sortante) et Patrice Robin (LR/UDI), Bruno Marcel et Vostila Jean Jacques (RN). Photos ci-dessus.

Canton de Garges-lès-Gonesse (comprenant les communes d’Arnouville et Garges-lès-Gonesse) : Rafika El Medassi et Dean Nguyen (EELV), Christophe Dieu et Myriam Dien (PS/PCF/Génération Écologie/Place Publique/GRS), Abdellah Benouaret et Umaiyal Vijayakumar (SE), Sarah Moine et Ramzi Zinaoui (LR/UDI), André Isip et Catherine Thiry (RN). Photos ci-dessus .

Canton de Goussainville (comprenant les communes de Chennevières-lès-Louvres, Épiais-lès-Louvres, Goussainville, Louvres, Marly-la-Ville, Saint-Witz, Vémars et Villeron) : Abdelkrim Bourakba et Leila Dfili (EELV), Yssa Bagayoko et Véronique Danet (LFI), Corinne Misiak-Marchand et Eddy Thoreau (PCF/PS), Patricia Andrianasolo et Ali Bouazizi (SE), Isabelle Rusin (sortante) et Anthony Arciero (sortant) (LR), Jean-Michel Dubois et Florina Isip (RN). Photos ci-dessus.

Canton de Sarcelles (comprenant uniquement la commune de Sarcelles) : Roumana Mouhamad et Aristote Zola (EELV), Manuel Alvarez et Cynthia Mouyombo (PCF), Patrick Haddad et Deborah Israël (sortante) (PS), Michel Nedjar et Patricia Seevarat (DVC), Arnaud Fletcher et Assya Mahfoud-Breton (SE). Photos ci-dessus.

Canton de Villiers-le-Bel (comprenant les communes de Bonneuil-en-France, Bouqueval, Le Thillay, Gonesse, Roissy-en France, Vaudherland et Villiers-le-Bel) : Christelle Laurendot et Khalid Zougagh (LFI/ELV), Philippe Debruyne et Suzanne Ndjock (MdP/DVG), Christian Cauro et Djida Techtach (sortante) (DVG/Génération S) Cédric Sabouret (sortant) et Cécilia Toungsi-simo (PS), Sandrine De Almeida et Patrick Angrevier (UDI), Marilyne Yakan et Francis Mallard (LR). Photos ci-dessus.

Canton d’Aulnay-sous-Bois (comprenant uniquement la commune d’Aulnay-sous-Bois) : Claire Cazin et Patrice Lemoine (LFI), Sylvie Guy et Dominique Vidal (POI), Adélaïde Gandji et Oussouf Siby (PCF/PS), Mohammed Bounoua et Marine Zaccardelli (SE), Franck Cannarozzo et Séverine Maroun (sortante) (LR), Stéphane Abraham et Colette Lévêque (RN). Photos ci-dessus.

Canton de Sevran : Abdelkader Arrahmane et Nelly Rolland (DVG), Stéphane Blanchet et Mélissa Youssouf (PS/EELV), Fabrice Scagni et Jeannine Yana (LREM/DVC), Philippe Geffroy et Martine Valleton (sortante) (LR), Luc Colomas et Herminia Fardeau (RN). Photos ci-dessus.

 

Canton de Tremblay-en-France (comprenant les communes de Coubron, Monfermeil, Tremblay-en-France et Vaujours) : Micheline Guillemette et Romain Tellier (POI), Dominique Dellac (sortante) et Pierre Laporte (sortant) (PCF/LFI), Lynda Aït Mesghat et Xavier Lemoine (DVD), Natacha Ferreira et Nicolas Pierron (RN). Photos ci-dessus

Canton de Mitry-Mory (comprenant les communes de Compans, Dammartin-en-Goële, Juilly, Longperrier, Marchémoret, Mauregard, Le Mesnil-Amelot, Mitry-Mory, Montgé-en-Goële, Moussy-le-Neuf, Moussy-le-Vieux, Nantouillet, Othis, Rouvres, Saint-Mard, Saint-Pathus, thieux, Villeneuve-sous-Dammartin et Vinantes) : Anthony Gratacos et Marianne Margaté (sortante) (GRS/PCF), Alain Aubry et Vivianne Didier (DVD/DVG), Corinne Adamski-Caekeart et Laurent Prugneau (LR/UDI), Didier Bernard et Béatrice Roullaud (RN). Photos ci-dessus.

Canton de Villeparisis (comprenant les communes de Brou-sur-Chantereine, Courtry, Le Pin, Vaires-sur-Marne, Villeparisis et Villevaudé) : Frédéric Bouche et Isabelle Sausset (PS/Génération S), Émilie Deschamps et Claude Sicre de Fontbrune (DIV/DVC), Valentin Auger et Julia Frizziero (PP), Nabila Flih et Romuald Riffault (DIV), Emma Abreu et Xavier Vanderbise (sortant) (LREM/LR), Kevin Guyon et Christelle L’Equilbec (RN). Photos ci-dessus.

Canton de Nanteuil-le-Haudouin (comprenant les communes d’Acy-en-Multien, Antilly, Autheuil-en-Valois, Bargny, Baron, Betz, Boissy-Fresnoy, Borest, Bouillancy, Boullare, Boursonne, Brégy, Chèvreville, Cuvergnon, Ermenonville, Étavigny, Ève, Fontaine-Chaalis, Fresnoy-le-Luat,, Gondreville, Ivors, Lagny-le-Sec, Lévignen, Mareil-sur-Ourcq, Marolles, Montagny-Sainte-Félicité, Montlognon, Nanteuil-le-Haudouin, Neufchelles, Ognes, Ormoy-le Davien, Ormoy-Villiers, Péroy-le-Gombries, Le Plessis-Belleville, Réez-Fosse-Martin, Rosières, Rosoy-en-Multien, Rouville, Rouvres-en-Multien, Silly-le-Long, Thury-en-Valois, Varinfroy, Ver-sur-Launette, Versigny, La Villeneuse-sous-Thury et Villiers-Saint-Genest) : Stéphanie Defaux et Jean-Paul Douet (PS), Nicole Colin (sortante) et Gilles Sellier (sortant) (LR), Danielle Ben Bouaziz et Yoann Czykalo (RN). Photos ci-dessus.

Canton de Senlis (comprenant les communes d’Aumont-en-Halette, Avilly-Saint-Léonard, Chamant, La Chapelle-en-Serval, Courteuil, Fleurines, Mont-l’Évêque, Mortefontaine, Orry-la-Ville, Plailly, Pontarmé, Senlis, Thiers-sur-Thève et Vineuil-Saint-Firmin) : Martine Bernard et Lucien Gerardin (EELV/PS), Jérôme Bascher (sortant) et Corry Neau (sortante) (LR), Maria Cécilia Liebenguth et Philippe Brossard (RN). Photos ci-dessus.

En analysant les différents candidats de ces Départementales 2021, nous pouvons constater de nombreuses alliances au sein de la Gauche. Le Parti Socialiste (PS), en perte de vitesse depuis une décennie, s’allie inéluctablement avec Europe Écologie Les Verts et certaines factions Divers Gauche (DVG). Les candidats du Parti Communiste Français (PCF), présents sur le territoire du Grand Roissy, se comptent sur les doigts d’une main, au même titre que ceux de La France Insoumise (LFI). La grande surprise se trouve du côté de La République En Marche (LREM) qui ne présente qu’un seul candidat. Le Centre et la Droite ont également fait plusieurs alliances afin de contrer une Gauche qui veut se montrer plus que jamais unie. De leur côté, Les Républicains (LR), bien qu’en difficulté à l’échelle nationale, arrivent à présenter des binômes dans quasiment tous les cantons. Une stratégie qui pourrait s’avérer payante face une présence importante des candidats du Rassemblement National. En conclusion, le mot d’ordre de ces Départementales 2021 est : « L’union fait la force », mais, à l’instar des dernières élections municipales, des surprises pourraient arriver dès le 1er tour du scrutin et ce qui devrait redéfinir les stratégies, ainsi que les alliances. WM

Partagez cet article

Crépy-en-Valois à l’heure des jeux olympiques et de Molière

A l’occasion de la réouverture du Musée de l’Archerie et du Valois qui a eu lieu le mercredi 19 mai 2021, la ville de Crépy-en-Valois propose deux ateliers, gratuits sous réservation, à destination des enfants. Le premier atelier, nommé « D’Olympie à Crépy », se déroulera les mercredis 2 et 9 juin, de 14h à 15h30, dans l’enceinte du parc du château. Au cours de cet atelier, les enfants de 7 à 11 ans pourront découvrir les origines antiques des Jeux olympiques et aider les dieux de l’Olympe en participant à une aventure préparée par les médiatrices du musée. Intégrant une équipe, les enfants pourront s’entraider afin de briller dans des épreuves de précision, de force, d’agilité et d’art, tout en leur inculquant le fair-play et le respect des valeurs olympiques. Une initiative permettant de familiariser les plus jeunes à l’approche des Jeux Olympiques qui auront lieu cet été au Japon. Les 0 à 3 ans se sont pas oubliés avec une animation Bébés lecteurs où des contes seront lus par les conteuses de la médiathèque.

Enfin, le samedi 5 juin, le Musée de l’Archerie et du Valois participera à l’événement national des « Rendez-vous aux jardins », en proposant un spectacle jeune public autour des Fables de La Fontaine à 11h, 14h30 et 16h30, toujours dans le parc du musée. Le thème de cette édition est : « La transmission des savoirs ». Le spectacle « Si La Fontaine m’était conté » sera réalisé par la Compagnie de la Fortune – Théâtre en Soi. Ce dernier proposera aux spectateurs d’assister à la rencontre de Jean de La Fontaine avec trois jeunes écolières qui découvriront ainsi son histoire, son époque et ses contemporains. Une aventure qui permettra de découvrir, ou redécouvrir, plusieurs des célèbres Fables de l’auteur, qu’elles soient aussi connues que Le Corbeau et le renard, ou plus confidentielles comme Le Renard et la cigogne.

Les organisateurs rappellent que le port du masque est obligatoire à partir de 6 ans et que la réservation est fortement conseillée. Pour y assister, rendez-vous sur le site dédié aux réservations en cliquant ici. WM

Partagez cet article

Des photos en pagaille (ter)

Suite souvenirs donc. En haut notre stand à l’Aérosalon (2001), qui fut initié (heureusement) par Nouredine Cherradi, alors directeur du GIP Emploi CDG. Des succès ! A droite, c’est Nancy (une de mes ex.) et Lorraine, ma fille, venues donner un coup de main. Ah Bénéfice.net ! Quelle aventure et quel succès ! Du coup je repense au début à propos du titre avec le sigle euro (c’était le début de l’euro, et c’était aussi pour signifier qu’on avait pas peur de parler d’argent.)   Une personne (une femme) m’avait appelé pour me dire, violemment, que je n’avais pas le droit de mettre le sigle de l’euro… Comme quoi les conneries datent…

Rajout : retrouvé cette autre foto; au premier plan, c’est M. Cherradi, et la dame (lunettes) c’est Martine Vachoux (ADP). je suis toujours en contact avec eux…

Ci-dessous (en 2001 aussi) un lecteur, visiblement enthousiaste, lors d’une réunion du Lions Club (je ne sais plus lequel) où j’avais été invité pour présenter le mag. Sympa... EV

Partagez cet article

Aérien : un pas de plus vers le carburant à hydrogène

À la suite de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) international lancé le 11 février 2021 et nommé « H2 Hub Airport », les initiateurs de ce dernier, la Région Île-de-France, Choose Paris Région, le Groupe ADP, Air France-KLM et Airbus, ont divulgué les noms des lauréats ce jeudi 27 mai 2021, lors d’une visioconférence via Teams, animée par Jérôme Marmet, Responsable presse pour le Groupe ADP. Cette initiative, à dimension internationale et inédite dans l’industrie du transport aérien, a rencontré un grand succès avec 124 candidatures reçues. Au cours des 6 dernières semaines, 11 lauréats ont été sélectionnés afin de contribuer à l’émergence de l’écosystème aéroportuaire hydrogène de demain. Cet AMI s’est articulé autour de trois thématiques principales : l’amont de la chaîne de valeur : production, stockage, transport et distribution de l’hydrogène (gazeux et liquide) en milieu aéroportuaire, l’aval de la chaîne de valeur : diversification des usages et services de l’hydrogène dans les domaines aéroportuaire et aéronautique, et l’économie circulaire autour de l’hydrogène : récupération de l’hydrogène dissipé lors d’un ravitaillement en hydrogène liquide, ainsi que la valorisation d’un co-produit et d’une réaction en vue de produire de l’hydrogène décarboné.

Selon les acteurs du secteur de l’aérien, la transition énergétique du transport aérien est en marche et l’écosystème aéroportuaire hydrogène est l’une des briques opérationnelles essentielles qui doit permettre de préparer l’arrivée de l’avion à hydrogène d’Airbus prévu à horizon 2035, tout en favorisant l’essor à court terme des usages hydrogène au sol. Au cours de la visioconférence, Augustin de Romanet, Président-directeur général du Groupe ADP, a déclaré : « La réussite de cet appel à manifestation d’intérêt témoigne de l’intérêt grandissant pour les technologies liées à l’hydrogène. Avec l’ensemble de nos partenaires, nous posons aujourd’hui les bases d’un écosystème rendant possible l’intégration progressive de ce vecteur énergique propre et durable sur les aéroports parisiens, pour les transformer à terme en véritables hubs hydrogène. Notre ambition est aussi de permettre l’essor de nouveaux usages autour de la mobilité terrestre, côté piste et côté ville. »

« Nous pouvons nous réjouir du succès de cet appel à manifestation d’intérêt qui contribue, grâce aux acteurs sélectionnés, à concrétiser l’ambition de faire de la Région Île-de-France un territoire d’accélération du déploiement de l’hydrogène. Les projets qui seront développés participeront à la structuration d’une filière robuste, au service des différents usages de cette énergie d’avenir qui permet de relever le défi de la décarbonation des transports. Dans cet optique, nous avons également mis en place en partenariat avec le constructeur automobile Toyota afin d’équiper les Jeux Olympiques 2024 avec 3 000 véhicules propres, électriques et hybrides, sans oublier un investissement de 4 milliards d’euros pour des bus décarbonés et un développement du secteur fluvial Seine avec le corridor hydrogène Paris-Le Havre. La Région IDF s’engage à vos côtés à l’accompagnement dans cette transition », a ajouté Jean-Philippe Dugoin-Clément, Vice-président de la Région Île-de-France, représentant la parole de la Présidente de la Région IDF, Valérie Pécresse.

Anne-Sophie Le Lay, Secrétaire générale du Groupe Air France-KLM, a souligné : « Le Groupe Air France-KLM est convaincu que l’utilisation des énergies nouvelles comme l’hydrogène est un levier essentiel de la transition énergétique. En écrivant ensemble l’histoire du voyage durable, nous permettons aux générations futures de se déplacer librement de manière responsable. Les lauréats sélectionnés aujourd’hui sont des pionniers qui vont contribuer au sein de notre écosystème à la transformation de notre secteur. Je veux saluer leur engagement, leur esprit d’innovation et leur enthousiasme. »

L’AMI « H2 Hub Airport » a permis d’auditionner à la fois des grands acteurs industriels, des PME, des startups et des entités issues du monde académique et de la recherche, parfois rassemblés en consortium. Pour désigner les lauréats, le jury de l’AMI a pris appui sur l’expertise de Philippe Boucly, Président de France Hydrogène, et d’Emmanuel Julien, Senior Advisor au sein d’Enea Consulting, cabinet de conseil en stratégie spécialisé dans la transition énergétique. Les lauréats sélectionnés par le jury sont :

– Pour la production, le stockage, le transport et la distribution de l’hydrogène : Air Liquide Advanced Technologies (France), Ecodrome (France), Geostock (France), Hylandair (France), Sakowin (France) et Universal Hydrogen (États-Unis).

– Pour la diversification des usages dans les domaines aéroportuaire et aéronautique : Hydrogen for Airport Handling (France, Allemagne), Use-In H2 (France) et Plug Power (États-Unis).

– Pour l’économie circulaire autour de l’hydrogène : Absolut System (France) et Ways2H (États-Unis).

Jean-Brice Dumont, Vice-Président exécutif ingénierie d’Airbus, a indiqué : « Je note un réel engouement pour décarboner l’ensemble de notre industrie, et la qualité des projets reçus et sélectionnés le démontre. L’hydrogène est un levier majeur pour permettre à l’aviation d’atteindre ses objectifs de réduction d’émissions. Notre ambition est de jouer un rôle de pionnier dans ce domaine et de soutenir toutes les initiatives et compétences qui pourront nous permettre de relever collectivement ce défi. Seuls, nous allons vite. Ensemble, nous allons loin. »

Enfin pour conclure, Franck Margain, Président de Choose Paris Region, a déclaré : « Cet appel à manifestation d’intérêt a été un grand succès international. 50 % des candidatures reçues proviennent de l’étranger. Grâce à l’efficacité des collaborations entre acteurs publics et privés, nous contribuons à la mise en place de nouvelles solutions qui vont répondre très rapidement aux objectifs de transition énergétique de la région Ile-de-France et à son attractivité internationale. Nous devons fédérer tous les acteurs de l’aérien et de la transition écologique dans cette initiative vitale et pragmatique. »

Lors de la visioconférence, les intervenants ont apporté quelques informations sur les caractéristiques du plan de transition écologique dans le secteur de l’aérien. L’avion court-courrier sera doté d’une motorisation électrique, le moyen-courrier devrait utiliser une motorisation hydrogène et le long-courrier opterait pour une motorisation utilisant les biocarburants durables, à l’instar du premier vol long-courrier effectué par la compagnie Air France, le 18 mai 2021 lors d’un trajet Paris-Montréal en A350, qui a utilisé 16% d’huiles de cuisson usagées, mélangées à du kérosène. Cependant, à défaut de réduire de 15% les émissions de CO2 sur un vol Paris-Montréal, le coût des biocarburants durables sont actuellement quatre fois plus cher que le kérosène. Il y a encore de la route avant de passer au tout-biocarburant, en gardant un prix du billet d’avion attractif. Enfin, pendant la prochaine édition Paris Air Forum qui se déroulera en ligne, le lundi 21 juin 2021, Airbus présentera un prototype d’avion à hydrogène. WM

 

Partagez cet article

Éloge d’Émile Poisson (et bonnes surprises à son sujet)

Émile Poisson et ma copine dans son beau jardin, devant sa maison

Cette foto fait partie de mes souvenirs retrouvés. Je trouve utile d’en parler ici car ce Monsieur, Émile Poisson a été vraiment formidable dans sa vie. J’avais fait sa connaissance au Bénin (lors de ma “première période” comme j’aime l’appeler, 1981/86) par hasard. et on avait sympathisé. Il avait été un homme politique au Bénin (plutôt au Dahomey, l’ancien nom du Bénin).

J’étais allé le revoir lors de mon premier retour (joyeux) au Bénin, en 1992, dans sa belle  maison de Pahou, une petite ville non loin de Cotonou, sur la route de Lomé. Il nous avait invité à manger chez lui, avec ma copine de l’époque (foto) qui m’avait  accompagné. Grand moment ! Il est mort depuis, je ne sais pas en quelle année (né en 1907).

Du coup, j’ai repensé à lui (avec émotion) en voyant à nouveau cette foto, et je l’ai “googlisé” (merci encore à Google et à tous les GAFAM..). Je ne m’attendais à rien, mais bien surpris en découvrant ça : il a été en fait sénateur (au Sénat français) du Dahomey de 1947 à 1955 ! (merci au Sénat pour ses archives) !

Mais aussi … j’ai appris (tout ça il ne m’en avait pas parlé) qu’il avait été le premier ambassadeur du Dahomey (devenu indépendant) en  France (sur le site des archives nationales françaises, voir ici, merci à eux) . On peut le voir sur cette foto incroyable, présenter au général De Gaulle, à l’Élysée, ses lettres de créances.

à droite du Général, c’est Maurice Couve de Murville, alors ministre des affaires étrangères

Et aussi cette autre foto, où l’on voit le Général accueillir la délégation du Dahomey :

Bravo M. Poisson !!! EV

Partagez cet article

Eloge du Parisien

Mon titre me fait sourire,  quand je pense que, quand j’étais jeune, beaucoup à gauche (et chez les communistes particulièrement, dont moi) exécraient Le Parisien (à l’époque Le Parisien Libéré), jugé “réactionnaire”, pour le moins. Les temps ont changé, heureusement. Je pense depuis longtemps, à rebours, que c’est vraiment un excellent journal. Avec toujours des articles de qualité. Perso, je suis abonné à la version numérique (33.25 euros par mois, ce n’est pas cher), avec les pages départementales qui m’intéressent (voir la liste ci-dessus). et je peux voir le journal en entier. Je reçois chaque matin par mail les liens. Et des articles sont rajoutés plusieurs fois par jour, toujours bien écris (ts?). Ça m’intéresse et ça me sert beaucoup dans mon travail. Merci donc au Parisien et à ses journalistes régionaux (j’en connais quelques uns, tous sympas et très pros). EV

Partagez cet article

Des photos en pagaille (bis)

Finalement je continue à partager une sélection de mes anciennes fotos papier (pro) (revoir ici ce que j’avais écris) ). Ça plait…

En haut c’est M. Simon Duval, l’inventeur de l’andouillette à la ficelle (qui était servie dans les meilleurs et grands restaurants). La foto a été prise à la fameuse (à l’époque) Foire aux produits régionaux de Tremblay -en-France, où il tenait un stand, en octobre 2003. J’avais visité son petit atelier de Drancy (93). Rires, je me souviens qu’il avait deux employés arabes, qui remplissaient les andouillettes à la main. Ils m’avaient demandé de ne pas prendre leurs visages en foto… Je n’ai pas réussi à savoir si l’atelier, qui avait été repris par son fils, existe toujours. Je ne crois pas… Mais le papa avait déclaré en 2003 au Parisien (voir l’article ici), que malgré la notoriété de son andouillette, il n’avait pas fait fortune…

Celle du bas, c’est Americo, que j’avais accompagné à Rungis, en 2001, devant “ses” cotes de bœuf. Ah Americo !!! Je l’ai très bien connu et je peux dire que c’est grâce à moi si son restaurant a connu un grand succès.

Voilà. Un jour il vient me voir à la mairie de Tremblay (je m’occupais du développement économique), avec sa fille. Ils avait repris un petit bar restaurant,situé au fin fond du quartier du Vert-Galant, à l’écart de tout, en zone pavillonnaire. Et ça ne marchait pas du tout. Aussi, ils souhaitaient transformer la salle du resto en…. épicerie. Et de demander à la mairie si s’était possible. J’ai dit oui de suite, mais je voulais aller voir sur place. J’y suis donc allé. Du coup j’y mangé. Purée, c’était délicieux ! J’y ai ensuite amené mon patron, le maire-adjoint aux affaires économiques, l’excellent (et regretté ) Simon Dawidowicz. Mème chose, il a été bluffé par la qualité du repas…

Bon, quelques temps après, ils installent leur.. épicerie. Rayons et tout… Mais peu de choix. Ils installent dehors des présentoirs “fruits et légumes” (qu’Americo allait acheter à Rungis). Mais ça ne prend pas. Obligés même de jeter une partie des fruits et légumes, qui ne se vendent pas.

Comme j’allais de plus en plus souvent y manger (il  continuait le resto, mais avec seulement quelques tables dans la partie bar (attenante à l’épicerie), qui continuait, je voyais le déclin inexorable de l’épicerie. Plus d’approvisionnement, rayons de bouteilles de lait en pagaille…  Entre temps, j’avais parlé autour de moi (des hommes d’affaires) de la qualité du resto. Et ils commencent à venir, de plus en plus nombreux ! Et revenir, avec d’autres… Au point que problème de place ! Du coup Americo pousse quelques rayons de l’épicerie et remet des tables… Et les gens arrivent de plus en plus, et le coté “perdu” du lieu ne les dérangent pas (certains viennent de Paris Nord 2 et même plus loin).

Devant ce succès, Americo se décide a enlever tous les rayons de “l’épicerie”. Et voici le resto redevenu comme avant !!! Ça a cartonné pendant des années ! Resto plein le midi et il valait mieux réserver ! Mème le soir les gens venaient (les Tremblaysiens, qui l’avaient boudé le resto au début, le découvrent…) et parfois des banquets. Un de ses plats les plus appréciés : sa cote de bœuf. Divine, prédécoupée en tranche, reconstituée, toujours servie chaude (ce qui ‘est pas le cas dans la plupart des restos) … Et le  goût ! Je n’en ai plus jamais mangé d’aussi bonnes.

Il a fini par prendre sa retraite et vendre le resto. Je suis passé au “nouveau” y’a 5 ou 6 ans. Rien à voir (c’est surtout le bar qui marche). Il est parti dans son village d’origine au centre du Portugal. Il était passé me voir (sa fille est restée en France) une fois dans mon bureau d’Epiais. Joie des retrouvailles ! Le problème, c’est que je n’ai plus ses coordonnées, ni celles de sa fille… Quelqu’un ? EV

 

Americo devant “ses” cotes de bœuf, à Rungis

 

Partagez cet article

Les parcs d’attractions Franciliens rouvriront au cours du mois de juin

Voilà une nouvelle qui va faire plaisir à bon nombre de personnes ! Les parcs d’attractions Franciliens ont, enfin, communiqué leurs dates de réouverture, après plus de six mois de fermeture à cause du dernier confinement imposé au début de la saison hivernale 2020-2021. Bien que théoriquement les parcs pouvaient déjà rouvrir courant mai, les directions des parcs de loisirs ont préféré attendre un allégement des mesures sanitaires concernant le quota journalier de visiteurs et, surtout, l’autorisation d’utilisation des attractions. C’est chose faite !

Le Parc Astérix inaugurera cette reprise d’activités le mercredi 9 juin 2021, suivi par la Mer de Sable le samedi 12 juin 2021 et les deux parcs, Disneyland Paris et Disney Studios, le 17 juin 2021. En matière de règles sanitaires, ceux qui ont été dans l’un de ces parcs d’attractions l’année dernière ne seront pas déboussolés. Outre le port du masque obligatoire à partir de 11 ans, il vous faudra impérativement acheter vos billets d’entrée datés à l’avance en ligne, ces derniers permettant de contrôler le flux de visiteurs. Vous y trouverez également des distributeurs de gels hydroalcooliques dispatchés un peu partout au sein des parcs. En revanche, oubliez les câlins avec les personnages Disney et autres mascottes qui déambulent, ceci est prohibé jusqu’à nouvel ordre. Mais vous pourrez toujours vous contenter de quelques photos souvenirs avec eux, tout en respectant la fameuse distanciation sociale.

Du côté des nouveautés 2021, seule la Mer de Sable proposera une nouvelle attraction. Le Silver Mountain, un coaster familial fabriqué par l’entreprise Néerlandaise, Vekoma, et dont Roissy Mail avait déjà évoqué dans un article consacré au nouveau directeur du parc à thème, Frédéric Carlier, est disponible ici. Cette nouvelle attraction dispose d’une chute de 12 mètres de hauteur qui vous entraînera sur un parcours de 350 mètres de long, idéal pour des sensations fortes en famille. Silver Mountain devait initialement être inauguré en 2020, cependant le COVID-19 est passé par là, reportant sa mise en service.

Pour le Disney Studios, il vous faudra finalement attendre 2022 afin de profiter de la nouvelle zone Marvel. Mais les amateurs de super-héros pourront toujours se satisfaire d’une nuit dans le Disney’s Hotel New York – The Art of Marvel, complément rethématisé sur le thème des Avengers. Au cours de cette dernière fermeture, Disneyland Paris et Disney Studios n’ont pas été avares en communication, via la chaîne YouTube DLRPfans, publiant régulièrement des vidéos très intéressantes montrant les coulisses et les différents métiers présents dans les parcs qui garantissent la maintenance des attractions, comme avec Space Mountain ou la Tour de la Terreur.

Enfin, concernant le Parc Astérix, il vous faudra encore prendre votre mal en patience. La prochaine grande nouveauté devrait voir le jour pour 2023, avec un grand huit « Launch Coaster » construit par l’entreprise Intamin, provisoirement nommé Toutatis, qui propulsera les visiteurs du parc des irréductibles gaulois à une vitesse maximale de 107 km/h sur un parcours d’une longueur de 1 075 mètres et d’une chute vertigineuse de 51 mètres de haut. Cette attraction sera certainement un succès auprès de tous les aficionados de sensations fortes, comptant des segments de tracé inédits et de 23 « air time » qui provoqueront des phases d’impesanteur à chaque bosse du parcours. S’étalant sur une superficie de 20 813 m², le budget consacré à la réalisation de ce projet est d’environ 28 millions d’euros, comprenant aussi une nouvelle zone thématisée sur les vikings.

Vu l’enthousiasme des visiteurs de parcs d’attractions l’année dernière, après le premier confinement, souhaitons-leur bonne chance et le même engouement auprès du public pour cette saison 2021. WM

Partagez cet article

La Newsletter à nouveau en marche !

Je présente mes excuses aux 6000 + abonnés à la newsletter Roissymail pour les retards d’envois, à cause de plusieurs facteurs. Mais les articles sont régulièrement mis et grandement consultés en ligne  (et merci au passage à WM (Guillaume) pour la qualité de ses articles et investigations). Je ne mets pas tous les articles de RM 1088 (trop) mais allez sur le site vous les verrez tous. EV

Partagez cet article

Le Colisée à nouveau en marche ?

cliquez pour tout savoir

C’est un vieux projet (2015 au moins, revoir ici), auquel François Asensi, maire de Tremblay, tenait (et tiens toujours) beaucoup. Ça a trainé, surtout pour des problème de financement. Mais c’est à nouveau à l’ordre du jour, grâce notamment à une délibération du conseil de territoire de Paris Terre d’Envol du 12 avril dernier ( dont une fonctionnaire m’avait “demandé” de ne pas parler (!).

Bon, ça reste une bonne nouvelle…  EV

Partagez cet article

50 milliards par an de fraude sociale !

J’avais lu ce livre “incroyable” à sa sortie et oublié d’en parler ici. Car ça vaut le coup ! L’auteur n’est pas n’importe qui : aujourd’hui vice-président de tribunal de Paris, il a été inspecteur des douanes et avant juge d’instruction et magistrat chargé de la contre lutte contre les fraudes fiscales et sociales au ministère des Finances… Malgré ses alertes, globalement rien n’a été fait, d’où son livre. très documenté.

Je vous conseille de regarder l’interview de lui par Bercof (en septembre dernier) , en cliquant ci-dessous. C’est pas triste ! EV

Partagez cet article

Arnouville lance son émission culturelle sur YouTube

Ce lundi 17 mai 2021, la mairie d’Arnouville a diffusé le premier numéro de son émission culturelle mensuelle sur YouTube, nommée Billet Culturel. Au programme de ce premier épisode, présenté par Ludovic Bruzeau, un retour en image sur l’orchestre d’enfants encadrés par le DEMOS Île-de-France de la Philharmonie de Paris, une interview de Thierry Grimont, le directeur du Conservatoire de musique et de danse d’Arnouville, des infos sur l’avancement des travaux d’extension et de réhabilitation du complexe culturel de l’Espace Charles Aznavour, sans oublier l’agenda des prochains événements culturels qui se dérouleront à Arnouville. Découvrez ce premier numéro en cliquant ici. N’oubliez pas de vous abonner à la chaîne YouTube de la ville d’Arnouville afin de ne pas louper les futurs épisodes.

Depuis quelques années, nous pouvons observer une mutation en matière de communication des communes, multipliant l’utilisation du support numérique et délaissant progressivement le format papier. Ce phénomène a, au début, touché les médias. Roissy Mail en est l’exemple, à l’instar de nombreux autres médias d’informations, ayant migré vers une offre 100% numérique. Mais comme le disait Confucius : « Une image vaut mille mots. » et une nouvelle phase de cette mutation est en cours, avec l’utilisation des plateformes de contenus vidéos tels que YouTube, DailyMotion ou encore Twitch. En format court pré-enregistré ou en direct, le support vidéo se veut plus accessible que le support écrit et permet également de toucher un public plus jeune, dans une époque où l’on veut tout consommer rapidement, sans perdre de temps. WM

Partagez cet article

L’emploi, priorité de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France

En ces temps difficiles pour l’emploi au sein de la zone aéroportuaire Charles de Gaulle, la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France (CARPF) intensifie les initiatives afin d’aider les personnes en recherche d’emploi. Ce coup de pouce concerne les demandeurs d’emploi fraîchement arrivés sur le marché du travail, mais également les salariés de longue date qui travaillaient sur l’aéroport et qui ont perdu leur emploi à la suite d’un licenciement économique. Pour ces derniers, une aide à la réorientation professionnelle est envisagée. C’est pour cette raison que depuis le 4 mai 2021, la CARPF, en partenariat avec l’association Créative, ont lancé l’opération « Tournée rebond – votre agglo vous accompagne », un bus marquant une quarantaine d’arrêts dans les villes et villages de l’agglo, à la rencontre des habitants, pour les informer sur l’emploi, la formation, la création d’entreprise ou la mobilité.

« Ces personnes, parfois plusieurs dans un même foyer, ne sont pas familiarisées avec les codes de la recherche d’emploi et des programmes d’aide existants. Nous, élus du territoire, sommes conscients de la nécessité d’anticiper les besoins et d’imaginer des solutions de proximité innovantes pour les accompagner », déclare Pascal Doll, Président de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France, dans le communiqué publié le 3 mai 2021.

L’opération s’inscrit dans le cadre du plan Covid que la CARPF a initié quelques mois après le début de la crise sanitaire. Un dispositif de proximité incluant deux tournées organisées en mai-juin et septembre-octobre, pour aller au-devant des habitants et répondre à leurs préoccupations. À son bord, différents partenaires spécialisés dans l’emploi, à la reconversion professionnelle et à la mobilité. Benoit Jimenez, Vice-président à l’emploi et la formation, ajoute : « Ces professionnels sont mobilisés pour : écouter, renseigner, orienter et, in fine, proposer un accompagnement à la fois psychologique et pratique pour permettre aux demandeurs d’emploi d’appréhender cette période. C’est à la fois du concret : s’inscrire à Pôle emploi, refaire son CV, postuler à des offres, etc. ; et de l’écoute pour les aider à se projeter dans l’avenir. »

Les dates de la première tournée sont : le 18 mai, de 10h à 13h, à Moussy-le-Neuf (mairie) et de 14h à 19h, à Othis (espace François Mitterrand) – le 20 mai, de 10h à 13h, à Longperrier (Parking du lycée) et de 14h à 18h, à Dammartin-en-Goële (mairie) – le 21 mai, de 16h à 19h, Survilliers/Fosses (gare RER D) – le 25 mai, de 15h à 18h, à Saint-Witz (parking du gymnase) – le 27 mai, de 10h à 13h, à Vémars (mairie) et de 15h à 18h, à Chennevières-lès-Louvres (mairie) – le 1er juin, de 10h à 13h, à Villeron (devant l’école) et de 16h à 19h, à Fosses (Place Jean Moulin) – le 2 juin, de 12h à 15h, à Roissy-en-France (mairie) et de 16h à 19h, à Roissy-en-France (Gare RER CDG RoissyPole) – le 3 juin, de 10h à 13h, de 14h à 17h, à Puiseux-en-France (mairie) – le 8 juin, de 10h à 13h, à Épiais-lès-Louvres (mairie). Les dates de la seconde tournée n’étant pas encore communiquées à ce jour, la CARPF et l’association Créative encouragent les demandeurs d’emploi à consulter régulièrement leur site internet afin de se tenir informer sur les dates à venir.

Pour rappel, les organismes, entreprises et collectivités du Grand Roissy proposent également des offres de stages, d’emploi, des contrats d’apprentissage via le site du Club des Acteurs du Grand Roissy, qui relaie régulièrement des annonces d’offres d’emplois sur cette page accessible ici. WM

Partagez cet article

Télétravail : mon témoignage

Mème à partir de chez moi, en Afrique (Bénin), en compagnie de mon fétiche Oba

On entend de plus en plus parler de télétravail en ces temps de crise sanitaire (mais ça existait avant, d’une manière limitée).Perso, je télétravaille depuis (au moins) 2016, date à laquelle j’ai quitté mon “bureau pied-à-terre” d’Epiais-lès-Louvres. Globalement, ça me va bien. Certes, je travaille pour moi, ce qui peut être différent par rapport aux salariés. C’est confortable, et rendu possible par les progrès vertigineux d’internet.

Même à l’hôpital, voici plusieurs années

Cela étant, il faut faire attention et se discipliner. Je me  suis rendu compte, au bout de 3 ou 4 ans, que je me laissais  aller, tant physiquement que professionnellement. Exemple “rigolo”que je cite souvent à mes amis : quand j’allais à mon bureau, je prenais une douche matin et soir. Mais en “télétravail”, petit à petit, je ne prenais pas ma douche le matin, en me disant “ce soir, puis le soir je me disais “demain, je ne suis pas sale”… Je travaillais tout nu…  Question boulot, j’ai appris à cette époque le mot “procrastination” ! Et ça y allait !

Je me suis imposé des règles depuis ce temps, et ça va très bien (mais il faut toujours être vigilant sur soi-même).

Concernant les salariés en télétravail: ça peut être une bonne chose, surtout en région parisienne, où beaucoup passent beaucoup de temps dans les transports, Mais, comme moi, il faut se discipliner. Marrant, récemment, je cherchais à joindre des correspondants, tant dans le public que dans le privé. Je les appelle à leur boulot, et on me répond qu’ils sont en télétravail. Je demande leur tél portable et à chaque fois le service me répond : ah ben non, on peut pas vous le donner car il (elle) est en télétravail …

Je recommande à nouveau de lire le livre de Patricia Wendling “télétravail mode d’emploi”, dont j’avais fait l’éloge en octobre dernier : c’est à (re) lire ici. EV

 

Partagez cet article

Aéroville : derniers préparatifs avant réouverture des magasins le 19 mai

Les amoureux de shopping, de gastronomie et de cinéma, habitant sur le territoire du Grand Roissy, vont pouvoir retrouver le sourire. Les boutiques du centre commercial Aéroville accueilleront prochainement de nouveau les visiteurs. En effet, à la suite des récentes décisions du Gouvernement, autorisant l’ouverture de tous les commerces en France, comprenant également les centres commerciaux, la direction d’Aéroville annonce une réouverture totale des commerces à partir du mercredi 19 mai 2021. Comme à chaque confinement, étant considérés commerces de première nécessité, seuls l’hypermarché Auchan et la boutique Paul sont restés ouverts. Cette réouverture aura certainement un goût de liberté pour de nombreuses personnes, qui après plusieurs mois de restrictions où s’entremêlent pessimisme et actualités anxiogènes, aspirent à un retour à une vie normale. Quoi de mieux que les boutiques, les restaurants, ou une séance de cinéma pour se changer les idées. Cependant, afin d’éviter tous risques de reprise des contaminations et pour le bien commun, il vous faudra respecter quelques règles d’usage mises en place par la direction d’Aéroville.

Ouvert depuis 2013, le centre commercial Aéroville n’a pas eu de mal à plaire à la population locale, mais aussi aux touristes de passage, en s’inscrivant comme un lieu névralgique du divertissement et de socialisation, situé à proximité de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. Aéroville, exploité par Unibail-Rodamco-Westfield, regroupe environ 200 commerces, comprenant une trentaine de restaurants à la gastronomie variée, allant de la cuisine indienne à une cuisine traditionnelle, en passant par le fast-food. De ce côté, il y a l’embarra du choix. Aéroville, c’est aussi le cinéma Pathé, dont vous pourrez retrouver un article sur mon expérience de la salle 4DX en cliquant ici.

Amélie Volle, la directrice du centre

« Nous sommes très heureux de pouvoir rouvrir et accueillir nos visiteurs. Ce bonheur est partagé par l’ensemble des employés d’Aéroville et des commerçants. Nous sommes soulagés par cette reprise d’activités. 20% des commerces sont tenus par les indépendants franchisés. La situation est devenue très compliquée pour eux. Afin que cette réouverture se déroule dans les meilleures conditions, nous avons mis en place un protocole sanitaire renforcé. C’est un enjeu de santé public. Ce dernier a déjà fait ses preuves de fiabilité au sein d’autres centres commerciaux exploités par Unibail-Rodamco-Westfield dans le monde, comme au Royaume-Uni », déclare Amélie Volle, Directrice d’Aéroville.

Un enthousiasme amplement partagé par Xavier Sarfati, représentant des commerçants d’Aéroville et gérant du restaurant Bistro L’Atelier : « Vraiment hâte de nous remettre au travail et de retrouver nos équipes avec qui nous avons gardé le lien pendant ces longs mois. Et malgré les incertitudes liées aux mesures sanitaires, nous sommes heureux de préparer la réouverture de nos établissements afin de revoir à nouveau nos clients ! ».

Ce protocole renforcé, qu’est-ce que c’est ? Eh bien, le protocole renforcé se repose sur un plan d’action en 3 axes, les capteurs CO2 pour garantir la qualité de l’air, le renforcement des jauges grâce à l’outil Quantaflow et le port du masque de manière conforme et permanente. Plus précisément, l’utilisation de capteurs de CO2, qui lorsqu’ils mesurent un taux de 800ppm dans l’air, permettent aux équipes techniques d’activer le plan d’action de renouvellement de l’air afin de garantir une bonne qualité d’air en permanence à l’intérieur du centre commercial. Autre équipement servant à préserver la clientèle, des capteurs de comptage Quantaflow situés aux entrées du centre commercial afin de connaître le nombre de visiteurs présents dans le centre en temps réel et de déclencher un processus de filtrage dès 75% de remplissage. Enfin, dernier axe, en plus du port du masque obligatoire et la présence de distributeurs de gels hydroalcooliques, une désinfection régulière des points de contact tels que les rampes d’escalator et les boutons d’ascenseurs.

En ce qui concerne la restauration, vous ne pourrez pas vous installer à table à l’intérieur pour le moment. La vente à emporter reste privilégiée, en attendant les prochains allégements des règles sanitaires. Toutefois, Aéroville mettra à disposition plusieurs espaces pique-niques en extérieur, aux abords du parking de l’entrée du Terminal Cook. Pour le pop-corn et les snacks lors de votre séance de cinéma, malheureusement, il faudra également vous en passer. Bien qu’il y ait encore quelques restrictions, dans le but que votre visite se passe dans de bonnes conditions, la direction d’Aéroville recommande le téléchargement de son application où vous aurez accès au service « Le Pass », qui vous permettra de rejoindre une file d’attente virtuelle et/ou de réserver un créneau horaire dans une boutique.

Côté nouveauté, courant mai-juin, le centre commercial Aéroville accueillera l’enseigne « la Tête dans les Nuages » avec une salle de 5 000 m², dédiée au divertissement, qui regroupera un bowling, un laser quest, ainsi qu’une salle d’arcade. Cela méritera assurément un futur article dans Roissy Mail. WM  

Partagez cet article